NLV 25mm vs Skywatcher SP 25mm

Test: Comparatif Skywatcher Super-Plössl vs Vixen New Lanthanum
Focale 25 mm

 

Lorsqu'il s'agit de choisir des oculaires pour un télescope, le choix peut parfois s'avérer difficile. D'abord parce qu'il existe une multitude d'oculaires différents. Ensuite parce que tous ne se valent pas. Or, cette diversité ne peut se mesurer qu'en pratique, en testant et en comparant plusieurs modèles à la fois. Il importe de sélectionner un oculaire en fonction de ses attentes et selon le confort obtenu dans chaque cas. 

Ici, je vous propose de comparer deux oculaires provenant de marques réputées: un oculaire Super Plössl Skywatcher 25 mm, et un oculaire New Lanthanum Vixen (NLV) 25 mmL'objectif de ce test est de voir s'il existe des différences notables entre ces deux oculaires. Si tel est le cas, on essayera alors de déterminer ce qui explique concrètement la différence de prix. De plus, ce test comparatif permettra de connaître les points forts et points faibles des accessoires concernés. 

Ce test est réalisé par l'Astronome Eclipse, fondateur du site Astropleiades

 

 

 


I) Conditions de réception du produit.

 

Afin de réaliser le test, je me suis procuré le Skywatcher lors d'un achat d'occasion. Concernant le Vixen, je l'ai acquis lors d'un déstockage du magasin Optique Unterlinden. Les deux oculaires sont en très bon état. Alors que le Vixen était neuf au moment de l'achat, le Skywatcher, lui, n'a servi que deux ou trois fois. Tous deux, initialement reçus dans un sachet en plastique intégré dans une boite en carton, sont aujourd'hui dans une valise. De ce point de vue, aucune dégradation n'a eu lieu et les oculaires sont bien protégés. 

A gauche: le Vixen NLV 25mm. A droite: le Skywatcher Super-Plössl 25mm (image L'Astronome Eclipse)

 

 


II) Présentation du produit.

 

En magasin, l'oculaire Skywatcher est généralement vendu entre 40 et 50€*. L'oculaire Vixen, quant à lui, est disponible à 130€ en moyenne*. 

(*: Le tarif indiqué correspond au prix fixé lors de mon achat, c'est-à-dire en 2013 et 2014; il peut varier selon les magasins et/ou dans le temps. C'est donc une information indicative uniquement) 

 

Le Super-Plössl Skywatcher est de couleur noire. Il mesure 73 mm de hauteur ( comprenant un œilleton de 6mm). 

Oculaire Skywatcher Super-Plössl 25mm (image L'Astronome Eclipse)

_Focale: 25 mm 

_Coulant: 31,75 mm 

_Champ apparent: 52° 

_Relief d'oeil: 20 mm 

_Nombre de lentilles: 4 

_Traitement optique: multi-couches 

_Poids: non-défini

 

Le New Lanthanum Vixen, quant à lui, est également noir mais il possède une bonnette (de type "twist up") rigide grise. On note au passage la présence d'un liseré rouge juste en dessous de la bonnette. Lorsque cette dernière est repliée, la hauteur de l'oculaire s'élève à 64 mm; une fois la bonnette déployée, la hauteur s'élève à 74 mm. 

L'oculaire Vixen NLV 25mm, avec sa bonnette repliée/dépliée (image L'Astronome Eclipse)

_Focale: 25 mm 

_Coulant: 31,75 mm 

_Champ apparent: 50° 

_Relief d'oeil: 20 mm 

_Nombre de lentilles: 5 lentilles réparties en 3 groupes

_Traitement optique: multi-couches, verres lanthanum 

_Poids: 153 g environ 

 

Comme on peut le constater, chaque oculaire possède un champ apparent similaire (il n'y a que deux degrés de différence d'après les descriptifs officiels). Le relief d'oeil semble lui aussi être le même. En revanche, le Vixen demeure beaucoup plus lourd. 

 

 

 


III) Utilisation sur le terrain.

 

_Date: Vendredi 24 Octobre 2014 – de 21h à 23h; 

_Matériel: Newton Skywatcher 150/1200 sur monture Vixen GP-DX Go-To, lunette Vixen Polaris 80/1200 sur monture Polaris; 

_Altitude du lieu d'observation: 110m;

_Température extérieure: 10°C;

_Humidité: 40%. 

 

Description de la soirée de test:

En cette période de l'année, le Soleil se couche assez tôt. Au moment où je sors, il fait déjà nuit. Le 150/1200 effectue sa mise en température. Par chance, l'humidité ne sera pas trop gênante cette fois-ci. Le ciel est dégagé et stable: quelques jours avant la séance d'observation, un orage est passé et une forte pluie s'est abattue sur la zone. Grâce au Mistral survenu la veille, la météo reste désormais favorable. Malheureusement, les brumes maritimes sont visibles au loin. Je décide donc de ne pointer que ce qui se trouve assez haut dans le ciel. Ce soir, j'observerai donc la galaxie d'Andromède et le double amas de Persée. Une seconde séance d'observation pourra compléter mes résultats par la suite si les conditions le permettent. 

D'abord, M31: cette galaxie ô combien connue des astronomes se repère facilement avec la lunette guide. Je la pointe sans difficulté (note: je n'utilise pas la fonction Go-To de ma monture car les cibles choisies se trouvent aisément). La première image m'apparaît avec l'oculaire Skywatcher: le coeur de la galaxie se montre clairement; la périphérie de la galaxie ne se distingue que très difficilement. De manière plus précise, je n'en vois qu'une infime portion, uniquement en vision décalée. Sous un ciel dont la magnitude visuelle se limite à 5, je m'estime néanmoins heureux. Tout porte à croire que la "dégradation" de l'image s'explique par l'effet de diffusion généré par la brume qui se rapproche. Andromède est donc visible, sans couleur particulière, mais sa texture cotonneuse reste perceptible. Avec un champ de 52°, l'objet ne semble pas rentrer intégralement dans les limites de l'image, mais il m'est impossible de le confirmer en raison de l'état du ciel. Seuls les calculs théoriques permettront de le préciser... 

C'est désormais au tour de l'oculaire Vixen de prendre place au télescope. Comme je m'y attendais, l'image n'est pas plus large. Je me demande même si la différence de 2° existe réellement: les étoiles situées au bord du champ dans le Skywatcher possèdent la même place dans le champ de l'oculaire Vixen. Des mesures plus précises s'imposent pour une future observation. En attendant, Andromède apparaît de manière identique: le coeur se distingue dès le premier coup d'oeil tandis que les extrémités de la galaxie paraissent quasiment inaccessibles. Techniquement, je constate que la courbure de champ est très faible. Peut-être est-elle moins prononcée sur le Vixen. Je remarque également que la coma n'est pas présente sur le Vixen, tandis qu'elle se matérialise sur l'extrême bord de champ du Skywatcher. 

 

Ensuite, le double amas de Persée: cet objet céleste m'intéresse particulièrement dans la mesure où l'on y trouve quelques étoiles aux couleurs notables. J'en profite ainsi pour étudier la neutralité des oculaires: avec le Skywatcher, la plupart des étoiles sont blanchâtres ou bleutées. Contrairement à ce que je pensais pouvoir obtenir avec cet oculaire, les rares étoiles rougeâtres se distinguent en vision directe après plusieurs minutes d'observation. Avec le Vixen, les étoiles à tendance jaune et rouge apparaissent plus rapidement. Dans les deux cas, il faut prendre le temps d'observer afin de mieux faire ressortir les nuances. Par ailleurs, le double amas étant assez étendu, mon regard se penche sur la déformation des étoiles: je confirme que la coma se matérialise peu. Toutefois, la planéité du champ n'est pas parfaite sur le Skywatcher. A mes yeux, la correction de l'optique est meilleure sur le Vixen, bien que la perfection ne soit pas atteinte non-plus sur cet oculaire! En fait, le bord des lentilles semble mieux taillé sur le Vixen. Ceci dit, il s'agit de mon impression et celle-ci ne se base que sur ce je que vois en y mettant l'oeil. 

En outre, l'oculaire Vixen délivre une image légèrement plus chaude que le Skywatcher. Dans certains cas, je trouve même que l'image du Skywatcher est froide... mais on reste dans une dimension relative car on parle ici de nuances. Il n'est pas certain qu'un débutant puisse y voir des différences. Pour ainsi dire, j'ai eu l'occasion de demander à plusieurs personnes (d'âge varié) de me donner leurs impressions à ce sujet. Il apparaît clairement que les observateurs non-aguerris ne voient pas de différence entre les deux oculaires. De même, les "jeunes yeux" confirment à peine mes propres impressions, ce qui me conforte dans l'idée qu'on travaille sur des différences visuelles qui ne sont pas évidentes au premier abord. Par contre, le piqué de chaque oculaire présente une différence qui, elle, est bien plus notable. A travers le Vixen, les étoiles demeurent beaucoup plus fines et résolues. A qualité de ciel égale, le Vixen peut rapidement devancer le Skywatcher. 

Les deux oculaires montrent des étoiles dépourvues d'aigrettes. A priori, ils ne sont pas astigmates. Les effets de la turbulence sur les étoiles se font plus sentir avec le Skywatcher (même si, une fois de plus, les deux oculaires finissent tôt ou tard par devenir victimes des turbulences).

 

 


IV) Conclusion.

 

Après un examen le plus rigoureux possible des deux oculaires de 25 mm, je trouve que la différence existe bel-et-bien. Le New Lanthanum Vixen me paraît bien plus abouti optiquement. Sa formule optique n'est pas spécialement complexe, mais elle apporte un supplément non-négligeable en terme de qualité d'image. Avec une meilleure transmission et un excellent piqué, le NLV délivre des images bien résolues, fidèles à l'apparence des objets célestes observés, et une correction optique maîtrisée. De plus, la dimension esthétique de l'oculaire n'est pas en marge: le NLV est de très bonne facture. Pourvu d'une belle finition, cet oculaire demeure agréable à voir et à manipuler. Certes, il n'est pas entièrement en métal, mais il possède une gorge de sécurité et sa bonnette rétractable est d'une grande utilité, notamment pour les porteurs de lunettes. Le Super-Plössl Skywatcher, quant à lui, n'est toutefois pas mauvais. Sa formule optique reste avantageuse, d'autant qu'il reste honnête vis-à-vis de la correction qui lui est apportée. Avec un très bon rapport qualité-prix, cet oculaire "tient bien la route". Les limites dont il fait l'objet sont cependant loin d'être une contrainte, surtout sur un télescope dont le rapport f/d n'est pas trop court. Le Skywatcher offre une image moins belle que le NLV, ce qui ne veut pas dire non-plus que l'image du Skywatcher est "moche"... Au contraire, ce Skywatcher 25 mm se défend étonnamment bien. 

En deux mots, si le Vixen NLV est excellent à mes yeux, le Super-Plössl n'est pas si loin que ça derrière. Les deux oculaires restent largement exploitables et peuvent s'adapter à un grand nombre de configurations optiques. 

 

Il reste plusieurs points à aborder, parmi lesquels le niveau de chromatisme. Ce complément au test sera publié sous peu. 

 

L'Astronome Eclipse

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×